La Conquête des Ardennes n’est pas née en un jour, elle est le fruit d’un long cheminement et d’une réflexion approfondie, et fut inspirée par les 7 Majeurs.

Cycliste passionné et convaincu depuis 2003, j’ai toujours apprécié les défis qui demandent un peu de folie. Rester sur les sentiers battus, avouons-le, c’est ennuyeux. Je n’ai jamais non plus caché un attrait particulier pour les randonnées au fort dénivelé, souvent plus usantes, impressionnantes, et plus agréables pour les yeux aussi.

Ces dernières années j’ai pu découvrir une discipline qui pouvait répondre à ces envies de liberté avec un brin de folie : les randos ultra-distance. En 2017, je découvre le Raid des 7 Majeurs de Patrick Gilles, un parcours grandiose dans les Alpes avec 7 sommets qui tutoient les cieux. Un format que je ne connaissais pas non plus : l’itinéraire est partagé avec tout le monde, et chacun est libre de le parcourir quand et comme bon lui semble. Avec toutefois une petite particularité : les participants accèdent à un grade en fonction du temps écoulé pour réaliser le circuit. C’est la cerise sur le gâteau !

En 2018, je participe au Bikingman Corsica, que je termine avec des souvenirs indélébiles. Dans un autre style, mais toujours avec ce format et cette distance extrême.

Mon intérêt pour ce genre d’expériences ayant grandi, j’ai également pu suivre certains gaillards bien rôdés sur ces épreuves intensément sportives et humaines, ainsi que d’autres amis faisant leurs armes sur cette discipline.

Comme je le disais, j’ai toujours eu un attrait certain pour le relief, et il m’a paru intriguant qu’aucun parcours digne de ce nom, n’ait pour l’instant été imaginé à travers notre Belgique, qui est loin d’être plate, comme dirait l’autre. Pour cette raison, après avoir sillonné ma région mosane tant aimée où j’ai pu donner mes premiers coups de pédale, et ayant participé à quelques randos cyclo ardennaises, j’ai eu la chance de découvrir de nombreux coins à caractère ludique et vallonné. De nombreuses heures de balade à travers forêts et champs accidentés, qui m’ont permis d’identifier avec certitude les plus belles opportunités de se mettre en danseuse.

C’est ainsi qu’est née la Conquête des Ardennes. J’ai voulu réunir le terrain de jeu ardennais, et les rives de Meuse qui offrent une multitude de murs et côtes sèches entre Dinant et Huy.

Est donc née cette boucle qui commence par le Thier de Huy, avant de s’engouffrer dans les profondeurs ardennaises et de rendre visite à certaines ascensions renommées et empruntées à la Doyenne, comme la Redoute, Stockeu, Rosier et homologues, mais aussi autres chemins moins célèbres mais tout aussi piquants. En quittant les Ardennes par Rochefort, le parcours longe ensuite la Meuse de Dinant à Huy, en passant par Namur, profitant ainsi de ses deux versants pour un enchaînement de côtes, tiennes, et murs. Rassurez-vous, longer la Meuse par le plat du ravel est chose interdite.

La Conquête des Ardennes présente une répétition de côtes à foison, sur 455km procurant ainsi 9000m de dénivelé positif. Un régal donc, pour les amateurs de nature et de pourcentages. Libre à chacun de réaliser cet itinéraire selon ses propres envies, tout en respectant les joyaux qu’il pourra présenter. Ainsi, pour les plus aguerris et téméraires, parcourir la boucle en moins de 24h vous permettra d’accéder au grade de Chasseur Ardennais, et en moins de 48h au grade de Sanglier des Ardennes.

Bon, maintenant, fini de parler, toutes et tous en selle !

Resist, and Ride.

Tags

2 Responses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *